A la rencontre des coureurs solidaires

Communauté
23/04/2018
0 like 2 shares

Cette année, 140 coureurs choisissent de participer au Sommet Mondial du Trail en tant que coureur solidaire. Ils ont entre 26 et 62 ans et 57% d’entre eux sont des coureurs internationaux avec parmi eux, une majorité d’Européens, d’Américains et d’Asiatiques. Ces hommes et ces femmes viennent participer à la course de leur rêve, qui n’est pas que l’UTMB®, puisque 53% sont inscrits sur la TDS®, la CCC® ou l’OCC. Une chose est sûre, chacun souhaite donner un sens supplémentaire à ce challenge en s’impliquant financièrement et humainement auprès de l’une des 12 associations soutenues par l’événement. Un geste fort et engageant qui modifie forcément leur façon d’aborder leur course et sa préparation. A l’occasion de la sortie de notre film consacré à la solidarité sur l’UTMB®, nous sommes allés à la rencontre de ces coureurs solidaires.

Brittmarie et Mattias - Suède

  • Âge : 36 et 44 ans
  • Lieu de résidence : Stockholm
  • Profession : promoteur immobilier et PDG
  • Passions autres que le trail : les sports outdoor (ski, escalade, VTT)
  • Une saison : l’été
  • Une chanson pour courir : Imagine Dragons. « Whatever it takes »
  • Un plat après l’entraînement : un bon morceau de viande avec du vin rouge
  • Deux athlètes qui les inspirent : Ingmar Stenmark et Yvon Chouinard
  • Un adjectif qui les définit : Mattias : persistant ; Brittmarie : prévoyante

En plus de soutenir Plan International avec deux dossards solidaires, vous réalisez une levée de fonds supplémentaire pour l’association, comment est né ce projet ?
Le premier projet consistait à collecter les points pour la CCC®. C’était un challenge personnel et nous l’avons fait parce que c'était plaisant et ludique. Lorsque vous courez sur de longues distances, vous avez des hauts et des bas et quand on a l'impression que c'est difficile de courir et que la seule chose que vous voulez faire est de vous allonger, il est bon de se rappeler que nous courons pour le plaisir. Pour la CCC®, nous avons décidé qu'il n’était plus question de courir seulement pour nous, mais aussi de relever le défi pour quelqu'un d'autre. Nous avons réussi à collecter près de 7.000 euros pour Plan International et nous espérons que la levée de fonds continuera jusqu'à la course.

Pour votre levée de fonds, vous démarchez des entreprises suédoises, c’est une belle responsabilité que vous avez là ?
C'est un sentiment fantastique de faire quelque chose qui compte. Oui, cela nous donne une certaine responsabilité : ça n'est pas tous les jours que vous demandez de l’aide à des entreprises pour faire un don à une œuvre de bienfaisance. D’ailleurs, nous sommes très clairs sur le fait que l'argent va directement à Plan International. Une fois nos dossards solidaires financés, nous avons choisi de continuer à soutenir au maximum cette association en faisant une levée de fonds supplémentaire auprès des entreprises suédoises. Nous croyons dur comme fer à ce que l'association fait pour l’éduction et l’émancipation des jeunes femmes en Himalaya.

Nicki - Allemagne

  • Âge : 26 ans
  • Lieu de résidence : Essen
  • Profession : investisseur et entrepreneur
  • Passions autres que le trail : skier, voyager, cuisiner
  • Saison préférée : pas de préférence
  • Une chanson pour courir : le son de la nature ou de la ville
  • Un plat après l’entraînement : Un smoothie fait maison
  • Deux athlètes qui l’inspirent : Jan Frodeno et Ryan Sandes
  • Un adjectif qui le définit : passionné

Cette année, les coureurs avaient la possibilité de prendre un dossard solidaire avant même l’ouverture des inscriptions (NDLR : du 8 novembre au 1 décembre 2017). Quelles sont les raisons qui t’ont amené à prendre un dossard solidaire pour l’UTMB® alors que tu aurais pu tenter ta chance au tirage au sort ?
Je me trouve incroyablement chanceux de pouvoir courir, et dans ces moments-là, de profiter de la vie. Courir est bien souvent perçu comme un sport individuel. Soutenir une association donne une autre dimension à ce sport, on retrouve un esprit d'équipe. En 2015, j'ai levé des fonds pour la crise des réfugiés, et depuis 2017, je cours en soutenant une association qui protège nos océans. Par l’intermédiaire du sport, je peux m’engager et mobiliser les gens sur des sujets qui me tiennent à cœur.

Justement, tu as choisi de soutenir une association basée à Chamonix qui s’occupe de personnes en rémission de cancer.  Est-ce que tu peux nous parler de ce choix ?
J'ai choisi de courir pour A Chacun Son Everest, car l’association est étroitement liée à Chamonix, ainsi qu'à mon challenge. A Chacun Son Everest construit un parallèle symbolique entre la difficulté de gravir le plus haut sommet de notre planète et celle de vaincre le cancer. Le cancer conduit souvent à une perte de confiance dans ses capacités physiques, et l’association propose des activités sportives aux personnes touchées par la maladie pour tenter de leur redonner confiance. Comme l'ascension de l'Everest, ou quelqu’un qui court autour du Mont-Blanc, il faut de la patience et de la détermination, du courage et de la volonté pour surmonter ce challenge.

David - Etats-Unis

  • Âge : 39
  • Lieu de résidence : Denver
  • Profession : agent immobilier
  • Passions autres que le trail : s'occuper de ses proches
  • Une saison : le printemps
  • Une chanson pour courir : LL Cool J. "Momma Said Knock You Out"
  • Plat préféré après un entraînement : un burger gras et juteux
  • Deux athlètes qui l’inspirent : Kilian Jornet et sa petite-amie, Desiree Marek
  • Un adjectif qui le définit : déterminé

Choisir de courir avec un dossard solidaire, ça n’est pas un geste anodin, c’est forcément un geste et une expérience forte. Peux-tu nous en dire un peu plus sur cet engagement ?
Cela fait plusieurs années que je regarde le live de l’UTMB®. Petit-à-petit, l’idée que je pourrais y participer a germée. Je me suis dit que ce serait une belle façon de fêter mon quarantième anniversaire. Se qualifier pour l'UTMB® est une aventure passionnante et je voulais vraiment en être. Un ami m’a parlé des dossards solidaires et j’ai trouvé que cet engagement caritatif dans le cadre d’une grande aventure sportive où la solidarité est essentielle fait vraiment sens.

Qu’est-ce qui t’a touché dans le fait de soutenir une association qui s’occupe d’un orphelinat ?
J'ai passé plusieurs étés et même quelques hivers en tant que moniteur de camp pour des jeunes. Parmi-eux, il y en avait qui venaient des quartiers huppés et d’autres qui étaient sans le sous et quasiment sans domicile fixe. Cette expérience m’a marqué et c’est donc naturellement que j’ai choisi de soutenir Orphelinat Pagala, une assocation qui s’occupe d’enfants dans le besoin. Et puis, dans mon entraînement pour l’UTMB®, c’est une source de motivation supplémentaire de savoir que je cours pour eux. C'est très motivant pendant les moments difficiles d’une course d'ultra-endurance.

 Le mot du président de la commission solidarité, Yann de Seréville :

La solidarité fait partie de l'ADN de l'UTMB®. 2018 vient renforcer une nouvelle fois cette affirmation. 140 coureurs solidaires ont majoré le prix de leur inscription au bénéfice d'une œuvre caritative. Tous nous prouvent la nécessité du partage afin de vivre pleinement, entièrement, intensément leur exploit. Nombreux sont ceux qui témoignent d'un regain d’énergie lors des instants de doute durant leur course. Et si la solidarité était aussi une des clefs de la réussite individuelle ?

Découvrez les 12 associations soutenues par l'événement.


Tags : #solidarité

Vous pourriez aussi aimer