Health, equity and research programmes

We take care of you

The good health of runners is a priority for us. The UTMB® makes every effort to assure the security and medical follow-up of all the runners. Besides, we lead numerous informative and preventative actions regarding the health of runners.

Since the first event in 2003, the UTMB® has looked to maintain the authenticity and fair-play of the sport. The organisation thus set up a health policy associating prevention, information and actions of control, aiming to ensure that the races take place fairly. We encourage the athletes to show the greatest transparency, in an exemplary fashion.

The UTMB® is also tremendous research laboratory for ultra-endurance sports. The scale of the races, as well as the number of participants allow our scientific partners to realise research in optimal conditions, and therefore to better understand the health risks linked to the intense practise of trail-running. This scientific research has led to the publication of numerous papers in the domains of sport, science and health.

Medical commission & health policy
Health race-bibs
Les études menées sur l'UTMB® 2016
Self-medication
Sleep
Etudes sur la fatigue et la récupération
Pathologies en course d'ultra-endurance
Sport et féminité
Ultra endurance et stabilite posturale

Ultra endurance et stabilité posturale

Ultra endurance et stabilité posturale - 2014

Olivier Garcin, Podologue
Alexandre Gély (Mémoire de fin d’étude DIU de posturologie clinique 2015)

Contexte

Lors de l’édition 2011 de l'Ultra-Trail du Mont-Blanc®, une étude a été effectuée sur « Quels sont les paramètres subjectifs ou objectifs qui sont prédictifs d’une performance sur une course d’endurance telle que l'Ultra-Trail du Mont Blanc® ? ». Cette initiative fut motivée par le travail de Guillaume Millet(1) portant sur la fatigue et la récupération de la fonction neuromusculaire lors d’un effort extrême, mettant en évidence une perte de capacité d’effort musculaire, consécutive à l’épreuve, de l’ordre de 39% au niveau du triceps sural et 40% du quadriceps.
Le soléaire, muscle du triceps sural, gère avec les gastrocnémiens, la verticalité de l’axe corporel(2). Sa participation à la régulation du tonus postural en tant que muscle antigravitaire représente 10% de sa contraction maximale lors de la station debout(3).
Selon les conclusions de l’équipe de Guillaume Millet, la fatigue neuromusculaire n’est pas dépendante du niveau de performance, de l’âge ou de l’expérience des sujets.

Objectif de l’étude

Le but de notre étude était d’observer les répercussions de cette fatigabilité sur le tonus postural d’aplomb, par le biais de mesures sur plate-forme stabilométrique.
Avec ces mesures effectuées sur 40 coureurs environ, tout au long de la course (départ, km 40, km 80, km 120, km 160), Alexandre Gély a fait une surprenante découverte : les coureurs présentant une performance posturale optimum au moment du départ ont plus de chance de terminer la course que les coureurs ayant une posture en hyper-contrôle ou en hypo-contrôle.

Afin d’étayer cette théorie, nous serons présents à la sortie de la remise des dossards pour choisir, au hasard, un nombre significatif de coureurs dans le but d’effectuer des enregistrements sur une plate-forme. Ce test ne prendra que quelques minutes. Merci d’avance pour le temps que vous nous consacrerez !

(1) Neuromuscular Consequences of an Extreme Mountain Ultra-Marathon, Guillaume Y. Millet, Katja Tomazin, Samuel Verges, Christopher Vincent, Régis Bonnefoy, Renée-Claude Boisson, Laurent Gergelé, Léonard Féasson, Vincent Martin.
(2) Régulation et dérèglement de la station debout P-M Gagey, B Weber Ed Masson p125
(3) Physiologie de la posture - CoKiNE-Nancy

Etudes Kinesiotaping
Etude sur les addictions
Etude sur les désordres digestifs